Accueil > Mauritanie > Le Systéme Politique



La République Islamique de Mauritanie est une démocratie pluraliste avec un Président élu au suffrage universel direct pour un mandat de cinq ans, renouvelable une fois.
Le parlement mauritanien est composé d’une chambre (l’assemblée nationale) de 147 députés élus au suffrage universel direct.
L’actuelle constitution de la République islamique de Mauritanie est entrée en vigueur le 20 juillet 1991. Suspendue à deux reprises lors des coups d’État de 2005 et 2008, elle connaît trois révisions en 2006, 2012 et 2017.

Le referendum de 2017 portant révision de la constitution a abouti a :
-La suppression du sénat
-l’Institution de conseil régionaux
-le changement de l’hymne national
-le changement du drapeau national


Membre fondateur de l’Organisation de l’unité africaine en 1963, puis de l’Union africaine, la Mauritanie est membre à part entière de la Ligue arabe depuis novembre 1973. Elle est également membre fondateur de l’Union du Maghreb arabe créée en février 1989. Le pays est membre de l’Organisation de la coopération islamique depuis sa création en septembre 1969, ainsi que de l’Organisation internationale de la Francophonie.
En Afrique subsaharienne, la Mauritanie a signé un accord d’association avec la Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO).
Elle est membre de l’Organisation pour la mise en valeur du fleuve Sénégal, du Comité permanent inter-États de lutte contre la sécheresse dans le Sahel. La Mauritanie a joué un rôle moteur dans la création du G5 Sahel en 2014 à Nouakchott avec le Mali, le Niger, le Tchad et le Burkina Faso. Elle est partie au processus de Nouakchott, qui regroupe onze États sous l’égide de l’Union africaine.
La Mauritanie participe aux instances euro-méditerranéennes. Depuis 1990, elle est impliquée dans le dialogue 5 + 5. Elle est associée au processus de Barcelone dès novembre 1995, dont elle est devenue membre à part entière à partir de novembre 2007, tout en continuant d’appartenir au groupe des États d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique concernés par l’accord de Cotonou de juin 2000. Elle est également partie au dialogue méditerranéen de l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord créé en décembre 1994.