Accueil > Mauritanie > Ressources Economiques



Chiffres économiques :

– Le taux de croissance du PIB au cours des cinq dernières années est de 5%,

– PIB : 4,08 milliards de dollars (Banque mondiale 2011),

– Le PIB par habitant (en 2012 le pouvoir d’achat par rapport à 2005) : 2225$ (PNUD 2013)

– La contribution des secteurs d’activité les plus importants dans le PIB 2009 (EUI 2012),

– Agriculture : 20,2%,

– Industrie : 35,1%,

– Services : 44,7%,

Les plus importants secteurs économiques

Agriculture :

La Mauritanie est généralement considérée comme un pays agricole et pastoral, en dépit des décennies de sécheresse qui ont frappé le pays. Elle a continué malgré tout à détenir des richesses animales considérables composées en majorité de caprins (chèvres et moutons), de bovins et de camelins (chameaux) « plus de 20 millions de têtes, en particulier à l’Est et au Sud Est du pays.

Ce potentiel s’ajoute à l’agriculture, sur laquelle se basent les populations et qui emploie également un taux élevé de main d’œuvre.

L’État se concentre sur l’agriculture irriguée qui a connu un développement remarquable au cours des dernières années grâce à la politique adoptée à travers l’aménagement de centaines de milliers d’hectares (500 mille hectares dont 135 mille irrigués sur la vallée du fleuve l’Ouest) et sur les mesures d’encouragement des agriculteurs, de diversification de la production et de stimulation de l’investissement.

Pêche :

Les côtes mauritaniennes se caractérisent par leur richesse halieutique considérable et diversifiée (600 variétés de produits de la mer), qui lui ont permis de rejoindre le cercle des pays producteurs de poisson, grâce à son littoral atlantique de 700 km, avec la convergence dans nos eaux territoriales des courants océaniques chauds et froids, qui font d’elle un refuge pour de nombreux poissons et autres espèces qui migrent dans la plupart des saisons de l’année d’autres sites, pour vivre et se reproduire dans ses eaux singulières.

La raison de cette convergence et l’existence d’un plateau continental très large de 80 miles parfois, attirant de grandes quantités de poissons de haute qualité tout au long des saisons de l’année, en plus de la présence d’un environnement marin profond propice à la nourriture et à la reproduction des poissons.

Pour tirer le meilleur dividende des ressources marines uniques (plus de 1.000.500 tonnes par an), l’Etat a mis en place une politique de contrôle et de développement de ce secteur, en adoptant des lois et règlements pour assurer sa gestion rationnelle.

L’Etat a encouragé également l’investissement privé, lequel a considérablement augmenté la valeur des exportations de poissons du pays d’un milliard ouguiyas pour l’année 1978 à des dizaines de milliards ouguiyas, à l’heure actuelle.

Les industrie et les Mines :

La Mauritanie possède une richesse minière en fer, qui a fait du pays, l’un des premiers Etats exportateurs de ce produit, en termes de quantité et de qualité. L’exploitation de ce gisement, situé à la périphérie de la ville de Zouerate a commencé, le long de la chaîne de montagne qui l’entoure depuis les années 50 du siècle dernier jusqu’avant l’indépendance.

Le fer mauritanien est classé comme étant le meilleur dans le monde, avec une moyenne d’exportation annuelle estimée à 12 millions de tonnes de minerai de fer.

La Mauritanie dispose également d’autres minéraux, dont l’exploitation de certains est en cours, comme l’or, le cuivre, le pétrole, le gaz, le phosphate et le gypse.

Plus de 800 indices miniers ont été également découverts.

Les plus importantes zones touristiques :

Le pays se caractérise par ses importantes capacités touristiques formées entre autres de déserts, de montagnes, de plages et de villes historiques. Les plus importantes zones d’attraction des touristes sont :

– le Banc d’ Arguin : un regroupement mondial d’oiseaux, de poissons rares, situé sur la côte, près de Nouadhibou,

– Le cap blanc (Nouadhibou),

– le parc de Diawling (Keur-Macène, dans le sud-ouest du pays),

– le site touristique de Terjit dans l’Adrar.

Les villes historiques inscrites par l’UNESCO au patrimoine de l’humanité

Ces villes sont considérées comme une destination pour le tourisme culturel et abritent des activités culturelles annuelles attractives des touristes. Ces villes sont :

– La ville de Chinguetti dans la wilaya de l’Adrar (nord du pays),

– La ville de Ouadane dans la wilaya de l’Adrar (nord du pays),

– La ville de Oualata, dans le Hodh Charghi (à l’Est du pays),

– La ville de Tichitt, dans la wilaya du Tagant (au centre du pays)

Les plus importants ports maritimes :

– Le port de Nouakchott (dit port de l’Amitié),

– Le port de la pêche traditionnelle à Nouadhibou,

– Le port minéralier d’exportation du fer relevant de la Société nationale d’Industrie et des Mines (SNIM) à Nouadhibou,

– Le port pétrolier de Nouadhibou,

– Le port de Tanit de la pêche traditionnelle situé à 60 km au nord de Nouakchott,

La Zone Franche de Nouadhibou

Créée par la loi n ° 001-2013, en date du 2 Janvier 2013, la Zone Franche de Nouadhibou, est une zone économique jouissant d’une priorité dans le cadre social, économique et environnemental. Elle renferme des zones exclusivement destinées à des activités à caractère industriel et commercial, portuaire et aéroportuaire et aux services, ainsi qu’à des fonctions d’appui (logement , tourisme, commerce, divertissement, bureaux).

La Zone Franche de Nouadhibou est composée de la ville de Nouadhibou et d’une partie de la presqu’ile de la baie qui porte le même nom, du domaine maritime voisin et de son environnement ainsi que de zones de développement, en plus de toute la bande côtière et des eaux territoriales jusqu’à deux miles (2) à l’intérieur du large depuis les côtes maritimes.

Le grand objectif stratégique visé par la création de la Zone Franche de Nouadhibou est de faire de la Mauritanie et de Nouadhibou en particulier, une destination privilégiée pour les investisseurs internationaux et les opérateurs locaux.

Dans cette perspective, la mission de la Zone Franche est de travailler pour atteindre les objectifs suivants :

  • Attirer les investissements et promouvoir le développement du secteur privé ;
  • Développer les infrastructures de la zone ;
  •  Améliorer le développement de Nouadhibou afin de devenir un pôle compétitif et un gigantesque centre commercial, de dimension internationale dans la sous-région ;
  • Créer de nouveaux emplois et améliorer les compétences professionnelles des travailleurs nationaux ;
  • Impulser le développement économique et social en Mauritanie de façon générale.

Les prévisions de croissance

La Mauritanie adopte une politique économique fondée sur une vision stratégique de développement à l’horizon 2030, prenant en compte, les défis liés à la diversification de l’économie, la valorisation des produits, la gestion durable des richesses et le renforcement de la croissance, afin de créer davantage d’opportunités d’’emplois.

Cette vision d’avenir accorde une place particulière à la promotion du secteur privé, perçu comme le moteur du développement et la locomotive de la croissance ainsi qu’un facteur efficace dans la création de la richesse et d’emplois.

 

Horaire locale : Temps universel (Greenwich).

Flux électrique  : 220 volts aux spécifications françaises,

Accès au pays :

– Terrestres : à partir de 35 points frontaliers à l’est, au sud et au nord,

– Maritimes : à partir de cinq ports maritimes à Nouadhibou – Nouakchott, en plus des points de passage fluvial à Kaédi et Rosso,

– Aériens : à partir de l’aéroport international de Nouakchott et de 8 autres aéroports internationaux à Nouadhibou, Zouerate, Néma, Atar, Selibaby, Tidjikja, Kiffa ainsi qu’à partir de 18 aérodromes bitumés.